Carnet de bord : retour sur le Caf’estival

3 jours pour démarrer de la plus belle des façons ce projet culturel et citoyen. L’histoire du Café 2 a démarré courant mars 2018, dans le froid, et nous voilà quelques mois plus tard sous le soleil du mois de juin pour le coup d’envoi de cette aventure…et du match France-Pérou !

Que dire ? Que les Laillylois(es) et voisins proches ont répondu présent ? Ça pour sûr ! Mais en face, l’équipe des tauliers et de l'(H)amac n’a pas fait pâle figure, galvanisée par longue préparation physique (deux mois de travaux) et par la pression des grands rendez-vous !

Dès le début du Caf’estival, on a pu constater que Léo & Thibault, nos cafetiers, étaient tous deux très en jambes. Distribuant ça et là des cafés crèmes, menthes à l’eau et autres pintes de bières, et tous les experts s’accorderont pour dire que le beau jeu passe forcément par une bonne distribution.
Dès le jeudi soir, un match dans le match débute : le

FC Batterie-Fanfare de Lailly contre l’US “Bidon é vous” pour une confrontation morceaux contre morceaux. Deux styles de jeux bien différents, mais qui ont su ravir les premiers curieux place de l’église. Malgré une période de prolongation, aucun vainqueur n’est désigné, mis à part la bonne humeur.

 

 

Le vendredi 22 juin, c’est l’entrée en compétition du théâtre sur la scène du Café 2 avec la compagnie du Petit Monde pour le spectacle “Le Troisième Jour”. Un spectacle retraçant les origines du vin et qui nous fait voyager en accéléré à travers l’Histoire avec beaucoup d’humour. Le stade est plein à craquer et le spectacle est récompensé par une belle ola. En milieu de soirée nous assistons à une rencontre entre dirigeants pour la signature, très médiatique, de la convention liant l'(H)amac aux Tauliers. C’est l’occasion de remercier tous les bénévoles ayant participé aux travaux et d’inaugurer officiellement le Café 2 ! C’est alors que nous entrons dans une phase délicate de la compétition : dans un Café 2 bondé à l’intérieur, comme sur la terrasse, il faut se frayer un chemin pour pouvoir goûter aux délicieux fromages de chèvre de la ferme Belleteste, aux pizzas du Comptoir à pizzas de Lailly ainsi qu’aux vins de Valérie Deneufbourg (produits à Cléry). Les joueurs les plus habiles techniquement s’en sortent bien et poursuivent la soirée pour une troisième mi-temps méritée.

Le samedi au réveil, les jambes sont lourdes, mais la victoire de la veille est encore dans toutes les têtes. Le Café 2 avait rarement été aussi plein ! Pour le décrassage, rien de tel qu’un après-midi jeux de société : les plus grands enseignent aux plus jeunes les règles de jeux amenés par chacun. Et les experts s’accorderont pour dire qu’un bel avenir passe forcément par un bon centre de formation. C’est alors qu’un car rempli de supporters vient pour en découdre avec la star du jour : Le Grand Méchant Neymar…euh Renard ! La jauge est encore une fois dépassée avec des poussins assis dans tous les recoins du café. Le spectacle enchante les familles et dans les hautes sphères de la compagnie Jeux de Vilains, on sent bien que cette équipe de poules, renard, lapin et loup est à surveiller de très près, convoitée par les plus grands clubs…euh salles. Petite pause fraîcheur autour d’un goûter partagé, puis c’est déjà l’heure de clôturer trois jours de compétition intense. Pour cela, l’entrée en jeu du P’tit Crème était bien sentie, “autant sur le plan ta-que-tique-que-té-que-ni-que”. Un répertoire adapté des textes du poète Gaston Couté pour une ambiance plus posée mais qui fait mouche face à un public conquis d’avance.

Bilan des courses : le Caf’estival a réuni énormément de monde et nous en sommes ravis ! Une belle manière de présenter ce lieu entièrement rénové aux laillylois(es) et qui, nous l’espérons, les attirera régulièrement lors de futurs événements.

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *