Carnet de bord : un week-end d’ombres dans l’ch’nord !

Trois mois après mon arrivée au sein de la compagnie, je vais enfin pouvoir découvrir un des trois spectacles de théâtre d’ombres d’Asie du sud-est : le Râmâyana ! Je suis tous les jours au contact des marionnettes et pourtant, elles n’ont pas encore pris vie devant moi…

C’est même un week-end entier qui est consacré au théâtre d’ombres, programmé par le (somptueux) Musée des Beaux-arts de Valenciennes à l’occasion de l’accueil de l’exposition “Une histoire du monde en 100 objets” prêtée par le British Museum. En effet, parmi les 100 objets de la collection se trouve une marionnette de Wayang Kulit !

L’occasion pour le musée des Beaux-arts de prolonger l’expérience des visiteurs en leur proposant une conférence autour du théâtre d’ombres (que je découvre pour la première fois également !). Nous suivons donc le voyage de Cécile à travers les différents pays qu’elle a visité (Cambodge, Thaïlande, Malaisie et Indonésie) en découvrant pour chacun les différentes façons de créer et de manipuler ces marionnettes d’ombres. Parmi le public présent ce vendredi soir, certains sont des connaisseurs, d’autres de simples curieux, mais en tout cas tous sont comme de grands enfants devant les marionnettes. D’ailleurs, elles circulent de main en main et chacun s’essaye à un petit exercice de manipulation donné par Cécile.

Le lendemain, samedi 9 juin, nous rencontrons deux groupes auxquels nous présentons le théâtre d’ombres et qui auront une formation accélérée de fabrication de marionnettes. Ce qui est touchant, c’est que petits et grands se prennent au jeu de la création et s’émerveillent du résultat une fois leurs marionnettes face à l’écran !

Nous terminons ce week-end avec deux représentations du Râmâyana le dimanche, dans le très bel auditorium St Nicolas de Valenciennes. Cécile est accompagnée par Jean-Christophe Cornier qui joue d’une multitude d’instruments venus d’Asie, et que je rencontre pour la première fois. Une petite blague belge (nous sommes tout près, c’est donc de rigueur) et nous voilà copains comme cochons !
Je découvre enfin l’histoire de Râmâ, dont l’épouse Sita est enlevée par le roi des démons – Ravana. Aidé de son frère et de singes guerriers (dont le célèbre Hanuman), il partira à la rescousse de Sita non sans croiser le fer au passage !
Plusieurs personnes parmi le public étaient déjà présents le vendredi soir et nous ont suivi tout le week-end, on en profite alors pour échanger une dernière fois après le spectacle sur la façon dont il s’est construit et sur cette forme de théâtre si particulière et magique !

 

 

 

 

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *